Le sucre, cette douce drogue

Vous ne pouvez pas finir vos repas sans « une petite note sucrée »? Après une journée stressante, vous aimez bien vous offrir une petite douceur? Alors cet article s’adresse à nous vous…

 

Pourquoi on en consomme autant?

La sérotonine est l’hormone du bien-être qui est, notamment, sécrétée par la consommation de sucre. On pourrait supposer à juste titre que le sucre est donc bon pour notre corps. Que nenni! Car il s’agit de distinguer le sucre qui est raffiné de celui qui ne l’est pas. Le non raffiné est donc à privilégier puisqu’il garde toutes les (bonnes ?) propriétés du sucre. Enfin, ce goût sucré agit aussi sur notre mental qui nous rappelle notre enfance et ça a le pouvoir de nous rassurer.

 

C’est un danger!

Aujourd’hui, le sucre raffiné est la première cause de nombreuses maladies : diabète, cholestérol, obésité, défenses immunitaires en berne, cancers… Rien de bon qui vaille…

 

Le sucre appelle le sucre

Notre corps n’est pas conçu pour consommer du sucre raffiné. Et lorsqu’on le fait, notre glycémie s’affole et augmente. A ce moment-là, nous sécrétons de l’insuline (hormone abaissant le taux de sucre présent dans notre sang). Donc, plus on ingère de sucre, plus notre corps sécrète d’insuline. Ce qui entraînera une hypoglycémie réactionnelle. Ça signifie qu’après avoir mangé trop de sucre raffiné, on aura un coup de pompe (je comprends mieux mon envie de dormir après une tartelette au citron meringué) suivi d’une envie compulsive de manger sucré à nouveau.

 

Quelques pistes pour sortir de cette addiction (parce que oui c’est réellement une drogue!)

Il faut diminuer progressivement notre consommation de sucre raffiné (céréales raffinées, sodas, gâteaux, bonbons, …) et privilégier les glucides complexes riches en fibres (céréales complètes, légumineuses, fruits, …) ayant un indice glycémique bas ; éviter les édulcorants (aspartame notamment) et les produits allégés en sucre car même s’ils sont peu caloriques, ils envoient les mêmes signaux que le sucre à l’organisme et favorisent le stockage ainsi qu’entretiennent l’addiction au goût sucré ; ne pas finir nos repas par une note sucrée ; ne plus acheter de sucreries (bien sûr! ).

Pour ma part, au quotidien, je ne consomme plus du tout d’édulcorants sous aucune forme, je limite les desserts, les gâteaux et bonbons (bon, en gros, je n’en prends plus du tout… sauf exception ;)), je ne bois plus du tout de soda (qu’il soit sucré, light ou zero); et je mange désormais bien plus de céréales non raffinées. Je vous avouerai que les céréales semi-complètes ou complètes ne rencontrent pas de franc succès auprès des autres membres de ma tribu…

 

Si malgré tout la compulsion est trop forte…

J’essaye de privilégier les oléagineux (amandes, noix, noisettes, noix de cajou, noix du Brésil, …), un carré (ou deux) de chocolat NOIR et une tasse de thé. Si malgré tout, la compulsion persiste alors je prends un fruit. Le sucre du fruit est meilleur et différent du raffiné. Notre cerveau sait distinguer les deux.

 

Ce qui m’inquiète un peu pour l’avenir

Régulièrement, et ce pour faire plaisir à mes enfants, je leur propose des gâteaux ou du chocolat au lait par exemple car j’associe cela à un moment de plaisir, de réconfort pour eux. Sauf qu’hélas, c’est ce même message d’addiction que je transmets à mes enfants. Il ne tient qu’à moi de changer mon comportement pour inculquer les bons réflexes à mes petits anges.

 

Initiation à l’écriture sans encre

J’ai initié ma princesse de 3 ans à l’écriture… sans rature. Le fait que ça soit sans encre n’est pas négligeable! Personnellement, mon domicile est déjà jonché de tentatives (heureusement souvent avortées à temps) de création d’œuvres d’art. Du coup, une activité sans feutres ni crayons m’a de suite séduite.

De plus, je suis assez adepte des activités dites homemade mais il ne faut pas que ça nécessite trop de matériel, que ça soit en achat ou en confection… Du coup, celle-ci me convient complètement.

 

Le principe

Vous aurez besoin :

  • d’un plat en verre ;
  • de sucre ;
  • et de découper l’ensemble des lettres de l’alphabet dans des couleurs différentes (ça n’est pas obligatoire! C’est juste plus attrayant les enfants)

Et c’est tout! Franchement, il n’y a pas plus simple…. On a toutes ça chez soi !

On verse le sucre dans le plat à une épaisseur suffisante et on peut commencer.

 

Comment je m’y suis prise pour la guider?

Il faut tout de même que je vous avoue que c’était la première fois qu’elle tentait d’écrire l’ensemble des lettres de l’alphabet. Elle les reconnaissait mais ne savait pas encore les écrire. J’avais un peu sous estimé cette donnée…

Elle a donc mélangé l’ensemble des lettres puis elle les a piochées une à une. Elle devait les identifier puis les reproduire sur le sucre ! La texture et le contact avec le sucre l’a beaucoup intriguée mais elle a apprécié ça. Ensuite, elle « effaçait » seule les lettres qu’elle écrivait, en secouant le plat. Quant à moi, j’étais son assistante puisque je l’aidais notamment à décrypter le graphisme des lettres pour pouvoir correctement les reproduire. Bon en gros, pour illustrer, je lui disais pour le E : « tu vois, il y a une barre en haut, en bas et au milieu ». Du coup, elle était quasi autonome.

Il y avait certaines lettres comme le A, le Z ou le B qu’elle n’arrivait pas à reproduire. J’essayais de la pousser à persévérer mais cette attitude l’a vite lassée. Je l’ai donc laissé dessiner les lettres qu’elle savait faire. Puis, quand toutes les lettres y étaient passées, elle s’est amusée à dessiner. J’ai terminé l’activité car ça finit TOUJOURS par dégénérer. C’est que je la voyais se goinfrer de sucre…

 

Mon avis

  1. Après, l’activité, on a tout conservé (le sucre et les lettres) pour pouvoir y jouer de nouveau. Bon il va falloir que j’ajoute à nouveau un peu de sucre….
  2. Ça a vraiment développé son autonomie.
  3. Aucun stigmate de cette activité n’a été déploré dans mon intérieur.
  4. Et le plus important, c’est qu’elle a carrément trop adoré.

 

En définitive, je vous invite vivement à tenter le coup si vous êtes en panne d’inspiration!

Le déodorant naturel et bio réalisé en 5 min chrono est-il efficace?

Je ne sais pas si vous êtes comme moi mais, désormais, je m’efforce d’être attentive aux ingrédients qui composent les déodorants que j’achète. Ça fait quand même quelques années qu’on nous dit d’éviter la présence de sels d’aluminium. Du coup, j’ai fini par abandonner l’utilisation de produits qui fonctionnaient bien, certes, mais qui étaient bourrés de sels en tout genre, au profit d’autres biens moins efficaces.

 

Ma traversée du désert

J’ai commencé par tester la pierre d’Alun. Il s’agit d’une pierre translucide que l’on doit humidifier avant de la passer sur l’aisselle (puis l’autre bien sûr ;D). Ne voyant aucune différence à l’application, je m’en suis badigeonnée à plusieurs reprises. Le matin, tout allait bien. Puis, au fil de la journée, je vous dirai (enfin tout ce que je m’autoriserai à vous dire) que la pierre n’était pas très efficace pour moi.

Puis, j’ai testé un bon nombre de déodorants classiques sans sels d’aluminium (comme celui de roger cavalles) et le verdict reste le même. A un moment, ils sont décevants…

 

Eurekaaaa

Puis, un jour, on m’a filé la recette d’un déodorant bio et naturel à réaliser soi-même en 5 minutes chrono ! Je vous avouerai que j’ai mis du temps à me lancer car je restais dubitative tant sur l’efficacité, le confort ou encore sur la facilité (et la rapidité !) à réaliser la recette. En plus, j’avais peur de tâcher mes vêtements (…et de passer pour une crado au boulot par exemple) en sentant tout sauf la rose et d’éprouver une gêne après l’application du produit.

 

La préparation

Ce que je trouve génial avec cette recette beauté c’est que j’avais déjà quasiment tous les ingrédients en ma possession sauf l’huile essentielle de palmarosa. Elle est d’ailleurs très importante dans la composition dudit déo puisqu’une de ses nombreuses propriétés est de notamment réguler la transpiration.

Voici donc les ingrédients (ils ne sont pas tous bio mais il fallait bien que je termine ce qui se trouvait dans mes placards) :

  • 20 g d’huile de coco
  • 30 g de bicarbonate de soude
  • 20 g de fécule de maïs type Maïzena
  • 8 gouttes d’huile essentielle de palmarosa

Et c’est tout !

Recette (elle tient en une phrase ou plutôt deux…) : faire chauffer l’huile puis ajouter le reste des ingrédients. Bien mélanger puis réserver au frais pendant quelques heures (je l’ai laissé la nuit mais ça n’était pas forcément utile). En contenant, j’ai choisi un pot de bébé (nettoyé et stérilisé) en VERRE bien évidemment. J’évite le plastique.

 

L’essai

L’application est facile car on prélève au doigt. La matière est solide mais fond assez rapidement donc c’est tout de suite absorbé par la peau. Ce détail n’est pas négligeable le matin quand on est pressée. Il n’y a pas de temps de sèche. Le produit tient toute la journée et je n’ai observé aucun désagrément. On continue de transpirer modérément et aucune odeur n’est à déplorer même après une séance de HIIT (tout est lié ;D).

 

Mon avis

Les points positifs : il s’agit d’un déo efficace, bio et naturel. La recette est ultra simple et rapide à exécuter.

Les points négatifs : on doit prélever le déo au doigt. Donc niveau hygiène, c’est pas l’idéal. Sur le site d’aroma zone, des sticks vides sont vendus mais ils sont en plastique… Même si le bicarbonate est fin, on peut ressentir quelques granulés mais ça n’est pas dérangeant.

 

Verdict : déodorant adopté !

La pratique du HIIT

 


1) Une pratique compatible avec mon mode de vie

Étant une maman très occupée, le soir, il m’est difficile (parfois, par fainéantise, on ne va pas se mentir…) de trouver un créneau pour la pratique d’une activité sportive. Ainsi, après avoir couché les enfants, ça n’est pas évident de se motiver à sortir de son cocon pour se rendre à la salle de sport, à la piscine ou courir par exemple. Je suis donc très admirative envers toutes celles qui, malgré tout, y arrivent. Après réflexion, la seule option qui s’offre à moi pour (tenter) de garder la ligne est de pratiquer un sport à domicile. Cependant, je n’ai, bien évidemment, pas envie d’encombrer mon intérieur avec de l’équipement sportif qu’il soit imposant (un tapis de course par exemple) ou non (de simples haltères). Oui je sais ! Vous vous dites que je veux le beurre et l’argent du beurre… Eh bien la pratique du HIIT fournit tout ça. En effet, les séances peuvent se pratiquer à domicile, sans matériel et en très peu de temps. C’est définitivement fait pour moi !

2) Quand est-ce que j’en fais?

Je réalise 2 séances de HIIT par semaine. Mais l’idéal, selon moi, serait que j’arrive à en réaliser une supplémentaire. Puis, quand j’ai vraiment le temps, je réalise une petite séance de renforcement musculaire (voir la vidéo sur le site doctissimo de Lucile Woodward qui s’intitule musculation sans matériel fitness masterclass). Généralement, je réalise mes séances à une heure assez tardive. Ca n’est peut-être pas l’idéal mais c’est le seul créneau que j’ai .

3) Le HIIT accessible à toutes ?

En principe, tout le monde peut en faire avec l’utilisation des options offertes durant la séance. Cependant, selon moi, il faut tout de même avoir un minimum de forme physique. En cas de doute ou de douleur, bien évidement, il est préférable de consulter un médecin.

 
4) A quoi ressemblent mes séances ?

Avant de commencer

Je me munis d’une bouteille d’eau et d’un tapis. Puis, place à l’échauffement ! Il dure 2/3 minutes histoire de réveiller mes muscles (faut pas non plus tout donner avant la séance)

Durant la séance

Il y a beaucoup de vidéos de HIIT sur le net. Vous avez l’embarras du choix. Personnellement, j’alterne entre deux vidéos de la youtubeuse fitbyclem. Pour commencer en « douceur », je vous conseillerai de suivre les vidéos de HIIT de la chaîne moveyourfit. Et sinon, vous connaissez les burpees (c’est la mort cet exo mais c’est très efficace)? Les jumping jacks? Les squats? Les montées de genoux? Les fentes alternées sautées? La planche … Voilà de quoi se compose ma séance. Chaque exercice doit être réalisé de façon intensive et ils sont séparés de seulement quelques secondes de repos. Entre chaque série, j’ai environ 1min30 de repos puis je recommence. La séance dure 15/20 minutes environ. Ça dépend de ma forme du jour.

Après la séance

Le stretching est obligatoire ! Ça me permet, après la séance, d’étirer (en douceur) mes muscles que je n’ai pas arrêté de solliciter et de contracter. Ça diminue l’apparition des courbatures et limite les risques de blessures. Et surtout, ça fait du bien…

5) Les bénéfices 

La pratique du HIIT permet (clairement!) de perdre du poids, d’affiner la silhouette et de tonifier la masse musculaire. Ça n’apporte pas les mêmes bienfaits mais c’est plus efficace pour la perte de poids que courir 45 min à un rythme modéré.

 

Alors les filles, à vos baskets !

La tendance de la chemise à volants ne va pas à tout le monde !

Vous envisagez d’acquérir une pièce à volants ? Je vous comprends. Il faut bien l’avouer, c’est très tendance. J’y ai moi même succombé. Donc, ce joli chemisier a bien évidemment des volants (ohhhh surprise !) au niveau des épaules, des fronces le long du boutonnage et au niveau du col. Il est d’une couleur que l’on adore : le kaki ! Il y a quelques motifs de couleurs rose poudré et noir.  Du coup, je me disais qu’il s’agissait d’un sans faute en l’acquérant. Après réception et déballage express, je l’essaye… Et là, c’est le drame ! Verdict, en me tenant devant mon miroir, ça a été la déception. Je semblais avoir les épaules très développées et la découpe sur le bas de la chemise n’était pas top. Sans parler de la matière! Du polyester… Personnellement, je n’ai rien contre mais je préfère l’éviter au maximum car ca n’est pas très agréable à porter en contact direct avec ma peau (surtout lorsqu’il fait chaud…).

Donc, ce chemisier ne me va pas car il ne me met pas du tout en valeur et la matière n’est pas très agréable à porter. Je pense que ce modèle conviendrait d’avantage aux personnes ayant des épaules plus étroites par rapport à leurs hanches. Du coup, les franges étofferaient leur carrure pour rééquilibrer l’ensemble de leur ligne. C’est génial!… pour elles… mais toujours pas pour les personnes ayant la même silhouette que moi. Heureusement, j’ai vu qu’il y avait plusieurs types de pièces à volants où ces derniers pouvaient être placés sur la poitrine et se dirigeant vers les épaules par exemple.

Ce que je retiens de cette malheureuse (n’exagérons rien non plus!) expérience,  c’est que même si on connaît bien une marque et par conséquent la manière dont elle taille, on n’est jamais à l’abri d’une (mauvaise) surprise. Désormais, je suis condamnée à la porter avec une veste. Pour résumer, certes, ce chemisier est sympa et tendance mais il ne convient pas à toutes.

 

La toucan box : une idée d’activité à faire avec ses enfants

Pendant les jours de pluie, sortir avec les enfants s’avérait être compliqué. Mais le problème est que s’ils ne se dépensent pas, ils transforment généralement nos intérieurs en champ de bataille. Il fallait donc trouver une solution ! D’où l’idée de souscrire à la toucan box ! Il y a peu, je l’ai donc testé avec ma fille de bientôt 4 ans. Elle est personnalisée au prénom de ma princesse. Je trouve que c’est une belle attention pour eux qui sont fiers et ravis d’avoir un paquet qui leur est spécialement adressé.

Qu’est-ce que c’est que la toucan box alors ?!

Il s’agit d’une boîte d’activités, reçue toutes les deux semaines, qui permet d’éveiller (ou occuper ça dépend des jours…) vos enfants dans divers domaines. Elle est destinée aux enfants âgés de 3 à 8 ans. Elle est composée de courtes histoires, d’activités manuelles, de coloriages…Tout ça, autour d’un thème particulier (ex: la toile de Mondrian, la mangeoire à oiseaux, …). Le rêve pour tout enfant qui se respecte.

Donc, pendant une bonne heure et demie, on a enfilé des perles (au sens propre bien sûr !) pour créer un jeu de pêche, nous avons aussi confectionné une guirlande matérialisant des stalactites. Du coup, elle a appris ce que ça signifiait ce jour-là. Instructif le kit!

Ce que j’en pense : le point très positif est que le premier kit est gratuit puis il faudra débourser environ 7,50€ par kit. De plus, si ça ne me plaît, je peux résilier l’abonnement à tout moment sans frais et c’est sans engagement.

Le point assez négatif : à la fin des activités, il y a plein de perles restantes par exemple et aucun contenant pour les conserver (une petite boîte en carton à monter à partir du carton d’emballage aurait fait l’affaire) et un enfant de l’âge de ma fille ne peut pas s’occuper seul. On doit être présent pour l’aider. Après, bien évidemment, ça reste  agréable de partager des moments avec eux, bien sûr ! Mais un mix aurait été, je pense, plus approprié.

Comment porter sa veste type officier au printemps?

Inspiration d’une tenue pour aller travailler (veste mango/chemise Zara/jeans Mango/mocassins Sézane)
Inspiration d’une tenue pour aller déjeuner entre copines (top et jeans Zara/ceinture levi’s/converse blanches en cuir Sarenza)
Inspiration d’une tenue pour aller boire un verre (top The Kooples/jeans enduit mango/derbies cuir verni semelle légèrement compensée Tamaris)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le printemps revient. Enfin ! C’est pourquoi je me suis demandée comment « recycler » ma veste (absolument canonissime) type officier que j’ai portée tout l’hiver et que je refuse de ranger en attendant l’automne prochain.

Tout d’abord, plantons le décor : comme beaucoup d’entre nous et étant une maman assez occupée, mon look doit rester hyper confort (casual quoi), de mon âge (je sais je ne suis pas encore un fossile mais presque… 😉 ) et assez sobre sans pour autant renier sur un peu de style.

Bon, certes on souhaiterait toutes avoir un dressing comme celui que Big aménage pour Carrie dans leur penthouse new yorkais (celles de ma génération comprendront pour les autres c’est un sacrilège de ne pas connaître ses classiques…) MAIIIIS la réalité nous rattrape brusquement quand, en essayant d’insérer une énième pièce, on constate que notre dressing est au bord de l’overdose vestimentaire. Du coup, pour la majorité d’entre nous, nous devons nous constituer un dressing resserré avec quelques pièces canons (comme la veste) et beaucoup de basics.

A ce titre, je vous livre donc quelques unes de mes inspirations de tenues à porter pour aller travailler, pour déjeuner entre copines et pour aller boire rapidement (bah c’est que le lendemain c’est toi qui devras accompagner la princesse à la danse à 9 heures pétantes ! Donc pour la nuit blanche on repassera) un verre le soir.

PS : l’absence de port de sac est volontaire car au quotidien, une maman comme moi (et pour certaines d’entre vous aussi) ne se déplace qu’en semi remorque…. Quant au port de bijoux, il est à proscrire pour le moment car j’ai un fils qui se prend encore pour Tarzan.

J’espère que ce petit billet vous aura plu. Dites-moi, si la veste type officier fait partie de vos pièces phare et ce que cela vous inspire.

A bientôt !

Qui suis-je ?

Je suis une jeune femme de 31 ans qui vit en région parisienne. Je suis mariée et j’ai deux enfants.

Appyxelle?! Quésako? C’est mon pseudonyme! Et il se veut résolument optimiste:

  • APPY-: pour HAPPY qui correspond à notre éternelle quête de l’épanouissement;
  • -PIX-: pour PICS qui est un surnom que mes proches m’ont donné;
  • -ELLE: pour ELLES ou plutôt nous les nanas! (ça se dit encore?)

Ne vivant pas (encore?) dans une caverne, j’ai constaté depuis un certain temps que la majorité des blogs s’adresse essentiellement aux jeunes femmes. J’aimerais pouvoir me sentir concernée, je vous assure! Mais ces blogs n’abordent jamais les problématiques que sont les miennes (et les vôtres aussi! Rassurez-moi …) à savoir notamment l’apparition de la cellulite, des premières rides rides d’expression ou encore la difficulté désormais à se remettre assez rapidement des gueules de bois. La jeune femme n’a pas ce genre de problème. Nooooon! Elle peut aller faire la fête toute la nuit et se réveiller avec un teint frais et…. remettre ça le lendemain!

Trève de plaisanteries! Ce blog se veut axé sur la quête d’un mode de vie plus sain, la mode (on adore!), la beauté (pas le choix) et la déco notamment. Tout cela, saupoudré, je l’espère, d’une pointe d’humour.

Il s’adresse donc, je pense à toutes! Pour voir ce qui vous attend, décrypter ce qui nous arrive ou s’amuser de ce que l’on a vécu.

Alors, bienvenue dans mon monde !

Remise en forme et perte de poids durable : rééquilibrage alimentaire et HIIT

Lorsque le printemps pointe le bout de son nez, cela rime souvent avec une augmentation de notre consommation d’aliments plus sains et moins transformés. Ça c’est plutôt bon pour l’épreuve tant redoutée du maillot de bain de cet été notre santé et pour l’environnement !

Alimentation

Alors niveau de mon alimentation, j’ai envie de dire qu’il n’y a pas trop de secret. J’essaie de ne pas me goinfrer manger équilibré au quotidien et je suis les principes généraux d’un rééquilibrage alimentaire.

Au lever, je me prends un grand verre de jus de citron tiède qui permet au foie de se nettoyer et de démarrer en douceur. Puis je ne mange pas durant les 15 minutes suivantes minimum.

Au petit-déjeuner, en général, je mange du son d’avoine (environ 40 g) avec du lait d’amande et un peu de sirop d’agave. Je peux, en fonction de mon humeur du jour ajouter environ 10 g de graines de chia ou quelques amandes (une petite poignée). Il faut savoir que l’index glycémique (IG) du son d’avoine est plus élevé quand on le chauffe par rapport au fait de le laisser gonfler toute la nuit au frais.

Eh oui les filles ! Consommer des aliments à faible IG vous permet de vous rassasier sur une plus longue période. Ils sont donc à privilégier si on veut éviter le grignotage.

Avec un petit déjeuner comme ça, je suis généralement rassasiée jusque midi.

Si, aux environs de 10 heures me survient un petit creux, alors je « grignote » quelques oléagineux ou quelques carrés (pas la plaquette entière!) de chocolat noir à 70% minimum.

Le midi, je mange à peu près ce que je veux du moment que j’arrive à consommer une quantité suffisante de protéines. Pour information, une personne doit consommer 0.8 à 1 gramme de protéine par kilo. Ainsi, par exemple, une femme pesant 60 kg doit consommer entre 48 et 60 g de protéines par jour. Etant devenue flexitarienne, je trouve mon compte dans les protéines végétales comme le quinoa, les légumineuses notamment (haricots rouges, lentilles corail, pois chiches…) ou occasionnellement les oeufs. Mon assiette se compose donc généralement de légumineuses (environ 100g mais si une telle quantité reste assez bourrative), de légumes cuits de préférence (représentant la moitié de mon assiette) et de glucides complètes de préférence. Et chose essentielle, j’évite de manger des desserts! Je garde ce plaisir pour l’heure du goûter.

Selon moi, le goûter est juste le deuxième « repas » le plus important de la journée. C’est qu’aux alentours de 17 heures j’ai super faim. Du coup, je m’installe « dans le calme » (si on ne prend pas en compte les enfants qui s’expriment! dira-t-on…) et je mange quelques carrés de chocolat noir (70% de cacao minimum), une poignée d’oléagineux, un fruit et parfois une petite douceur. Tout ça accompagné de mon thé préféré: thé vert mangue bio! Après un goûter comme ça je suis repue!

Après la cohue du soir, je me relaxe et mange très peu au dîner car le soir, le corps stocke tout car il ne brûle quasiment plus rien pour la journée. Du coup, je privilégie les légumes verts cuits (en faible quantité) et un peu de protéines végétales.

Et bien évidemment, j’essaie de beaucoup m’hydrater durant la journée.

En principe, car c’est assez difficile de s’y tenir lorsqu’on désire avoir une vie sociale, il faut se maintenir qu’un seul repas « no limit » par semaine. Or, on a souvent plusieurs repas dans une semaine.

Ce régime alimentaire m’a permis de retrouver la ligne après la naissance de mon deuxième petit ange mais il me reste encore quelques kilos (entre 2 et 3 kg) qui s’accrochent mordicus (fichtre! j’ai vraiment écrit mordicus?!…). Et le second problème est le suivant : j’ai perdu en fermeté. En même temps, je ne suis pas étonnée puisque je ne fais pas de sport…

Forme

… Ne faisant aucune activité sportive (ah si! Courir après mes bambins, ça compte?), j’ai pris conscience qu’il fallait que je me secoue les puces j’en pratique une. Mais, ayant l’emploi du temps d’un ministre, je n’aurais pas le temps (ni la motivation avouons-le…) de sortir après le rush du soir.

C’est la raison pour laquelle j’ai opté pour commencer le HIIT sans matériel (bien évidemment! Sauf si les bouteilles comptent niveau matériel…). Et qu’est-ce que c’est le HIIT? Tout d’abord, ça signifie High Intensity Interval Training ou entraînement fractionné à haute intensité (en français c’est mieux).Il s’agit d’un entraînement cardio fractionné. Pour résumer, les séances réalisées sont hyper courtes (15 à 30 min grand max) pour des séances cardio classiques d’au moins 45 min. Le principe est qu’on réalise en alternance des exercices de musculation et cardio. L’avantage c’est qu’après la séance, votre corps continue de brûler des calories. On appelle ça « l’after burn effect » qui durerait entre 30 et 48 heures après (topissime!). C’est dû au fait que durant la séance, on travaille en anaérobie lactique.

L’autre avantage est que grâce à la méthode HIIT,  notre métabolisme de base augmente c’est à dire que plus on pratique ces séances, plus on se muscle et plus notre organisme a besoin d’énergie (de calories) pour fonctionner. Car les muscles sont « gourmands » et nécessitent que l’on brule d’avantage de calories au repos.

La méthode du HIIT permet clairement de tonifier son corps et de réguler son poids.

Ayant besoin de tonifier mon corps, je vais me mettre au HIIT. Il est conseillé de réaliser deux à trois séances maximum par semaine pour voir des résultats probants. Il y a énormément de séances HIIT à suivre en temps réel sur le net. Vous avez donc l’embarras du choix. Il y a même des applications comme 7 MWC qui permettent de pratiquer des HIIT.

Je ferai un article pour parler de mon retour d’expérience à ce sujet. Pourrais-je rentrer dans un maillot classique ou vais-je à nouveau devoir opter pour le tankini? Et vous, en avez-vous déjà entendu parlé du HIIT? Si oui, cette méthode pourrait-elle vous intéresser? N’hésitez pas à me faire part de vos retours!

 

A bientôt.