Mes 4 indispensables de ce printemps à prix abordable et pour moins de 100€

En région parisienne, le soleil s’est vraiment fait désirer comme jamais. Il ne fait beau que depuis quelques jours et, à ce titre, j’ai eu envie de vous faire part de mes pièces récemment acquises en vue d’un temps plus clément.

Voici donc les 4 pièces que je trouve efficaces et peuvent se porter avec tout.

 

1. Le Vichy

La première pièce dont j’avais envie de vous parler est une blouse aux épaules dénudées, en imprimé vichy bleu, dégotée chez La Redoute pour 24,99€.

C’est vraiment une jolie pièce qui se marie avec tous nos basiques et je trouve ça très pratique. Je peux donc la porter avec un jeans brut, délavé, usé, une jupe (rouge par exemple), un pantalon (blanc par exemple) ou un short. On a toutes au moins une de ces pièces dans notre dressing.

J’ai préféré cette pièce à celle proposée par Mango, qui est assez similaire.

La blouse a, je trouve, trop de fronces et j’avais peur que ça augmente ma carrure. D’autant qu’elle coûte 5€ de plus. Eh, il n’y a pas de petites économies !

 

2. Une touche de rouge

La deuxième pièce qui m’a tapée dans l’œil est une paire d’espadrilles de couleur rouge à pois blanc que j’ai acquise chez Cyrillus.

Je vous imagine d’ici vous dire que le titre de mon article est donc mensonger puisque je parle d’«indispensables (…) à prix abordable ». Eh bien, figurez-vous que les espadrilles made in France sont au prix de 49,99€ ! Ok, il y a encore plus abordable mais c’est pas mal je trouve. En plus, on contribue au développement des entreprises artisanales françaises. Cocorico !

J’ai préféré miser sur du plat car en tant que maman qui court partout toute la journée, il me fallait une paire de chaussures certes jolie mais surtout pratique. Je trouve que la couleur rouge se marie bien avec tous les basiques (beige, bleu, blanc, …) tout en apportant un peu de pep’s.

 

3. De la broderie anglaise

La troisième pièce, qui est ZE pièce que je recherchais, est une blouse en broderie anglaise. J’ai réussi à la trouver chez H&M à un prix abordable et entièrement en coton. Je l’ai acquise pour 16,99€. Je l’ai baptisée la PTT pour Pièce Tout Terrain. Pourquoi ? Parce que vous pouvez la porter avec quasiment tout !

Quelques exemples (liste non exhaustive bien sûr) :

  • pour un look décontracté : on porte la blouse avec un jeans boyfriend ou usé. Le décalage entre la pièce sage et le jeans est très sympa ;
  • un autre décalage intéressant entre la blouse et la jupe en cuir ;
  • il y a aussi l’association blouse + veste en jeans + pantalon noir en cuir ou enduit ;
  • et sinon, on peut être un peu plus chic avec la blouse + veste + jeans.

4. Un peu de rayure

La quatrième pièce est une blouse sans manches blanche rayée bleue, entièrement en coton. Je l’ai eu pour, tenez-vous bien, 9,99€ chez H&M. C’est, pour le coup, plutôt un basique très efficace. En effet, récemment, je l’ai portée, avec ma veste officier , un jeans usé et des derbies aux couleurs printanières (couleur blanche et beige).

On peut la porter aussi de manière très estivale avec un short, une jupe… Comme il s’agit d’une pièce basique, les combinaisons possibles sont hyper nombreuses.

 

Et vous, quels sont vos indispensables de cette saison ?

Ma routine visage inspirée de la slow cosmétique

Ahh la trentaine!!! C’est généralement la période où notre teint et notre bonne mine prennent le large mais qu’apparaissent en parallèle le grain de peau irrégulier et les rides !! d’expression… (restons soft pour ne pas choquer certaines d’entre vous ;D). Alors, autant auparavant on se contentait d’un savon pour le visage et d’un crème hydratante, autant désormais cette routine est devenue LARGEMENT insuffisante.

Du coup, on commence à s’auto-diagnostiquer (ma peau est-elle sensible? réactive? atopique? mixte? grasse? à tendance acnéique?…) et à se procurer des produits tous plus chers les uns que les autres. Un moment, j’en ai eu assez de payer une fortune des produits de beauté remplis de cochonneries et qui ne sont pas forcément d’une efficacité avérée.

Enfin, je désirais apporter à ma démarche un pan bien plus sain vu mon incompréhension totale à décrypter les ingrédients composant mes produits cosmétiques. A supposer qu’ils figurent explicitement sur le flacon.

Je vais vous montrer comment avec seulement quelques ingrédients dont certains de la vie courante et quelques petits vapo (pour ma part, je les trouve dans mes kit de trousse de toilettes de voyage), j’ai pu me constituer une routine visage canon et tellement plus efficace (bon soyons honnête certains produits sont d’efficacité équivalente mais toujours bien moins onéreux) et saine.

Je tiens à préciser que la nature de ma peau est mixte à grasse. Il s’agit donc d’une routine spécifique à ce type de peaux. Mais j’essaierai d’indiquer les alternatives pour les autres.

 

Le matin:

Pour ma part, tout commence sous la douche quand, pour nettoyer mon visage, je me saisis de mon éponge Konjak avec du savon d’Alep. Vous devez ABSOLUMENNNT vous procurer ces deux produits. Je nettoie donc ma peau en opérant des mouvements circulaires sur mon visage. Eh oui! Ça stimule la micro-circulation du visage qui (apparemment…) limiterait l’apparition des rides notamment.

Ensuite, j’applique ma lotion tonique à base de vinaigre de cidre et de quelques gouttes d’HE de lavande. Si si, vous lisez bien ! Le vinaigre alimentaire. Bon, attention tout de même, il faut qu’il soit non pasteurisé, non filtré et bio (c’est mieux). Oups… Le mien est filtré! Je suis consciente que c’est dans le dépôt qu’on trouve la majorité de ses bienfaits mais je n’allais tout de même pas m’encombrer d’une bouteille supplémentaire. Et en plus, je trouve qu’elle fait bien son boulot, à savoir, (contribuer à) resserrer mes pores et m’illuminer (carrément oui) le teint.

Recette lotion tonique : dans un petit vapo, mettre autant d’eau minérale que de vinaigre. Si l’odeur vous dérange, ajouter quelques gouttes d’HE de lavande. L’idéal est de garder la lotion au frais pour encore plus d’efficacité.

Pour les jours où je désire changer de crémerie, j’utilise l’eau florale bio de chez Monoprix à la rose de Damas. Elle coûte environ 7€. Pas donné par rapport à mon vinaigre de cidre…

Ensuite, je passe à la crème hydratante. J’utilise actuellement une crème neutre désaltérante BIO enrichie en aloe vera de chez aroma zone (3.90€). On peut l’agrémenter d’actifs cosmétiques en fonction de notre type de peaux.

 

Le soir:

Je me démaquille avec une solution homemade. Dans un vapo, j’ai mis une moitié d’huile de noisette et l’autre d’eau minérale.

Ensuite, je nettoie ma peau grâce à la oil cleansing method que je vous ai détaillée lors d’un précédent article.

 

Une fois par semaine:

  • Gommage : 3 cas de bicarbonate de soude avec un peu d’huile (de noisette pour ma part)
  • Masque : 1 cac d’huile, 1 cac de miel, un peu de bicarbonate  et un peu d’eau. On mélange jusqu’à obtenir une texture homogène. On applique le masque puis on laisse poser 10 minutes. On rince à l’eau tiède. Inutile d’appliquer de crème hydratante après.

Ma routine visage inspirée de la slow cosmétique me permet d’utiliser des produits provenant de ma cuisine à moindre coût car lorsqu’on examine d’un peu plus près nos cosmétiques, soit on s’inquiète au vue de leur compo soit on le paye très cher (au sens propre!).

Alors, à vos placards !

 

Buddha Bowl express

Le Buddha bowl ou bol du Buddha est un plat chaleureux, copieux mais sain. J’adore en préparer car on peut le faire sans avoir besoin d’acheter d’ingrédients spécifiques, les légumes frais généralement suffisent amplement. En plus, pour le cordon bleu que je suis, la préparation reste extrêmement simple puisque l’on doit seulement couper les ingrédients ou en cuire certains sans technique particulière. Enfin, je préfère diversifier les couleurs des aliments. Ça peut sembler anodin mais ça les rend réellement bien plus appétissants.

Il faut savoir que l’on peut mélanger des ingrédients chauds et froids. Ce qui est top avec ce bol c’est qu’on peut constamment le réinventer. Comme je disais, il n’y a vraiment aucune recette à suivre pour l’élaboration d’un Buddha bowl néanmoins quelques conseils peuvent être suivis.

Un Buddha bowl se compose de :

  • les feuilles de légumes verts placés au fond du bol : pousses d’épinards, salade, chou kale, etc.
  • les légumes : frais crus ou cuits ou rôtis : radis, patates douces rôties, etc.
  • les céréales : riz, épeautre, quinoa, boulgour, etc.
  • les protéines (végétales ou animales) : falafels, haricots rouges, houmous, pois chiches, etc.
  • le bon gras : avocats, oléagineux, etc.
  • une sauce : vinaigrette, à base de vinaigre balsamique, au tahini (composé de jus de citron / sirop d’agave ou sucre / ail / piment de Cayenne / un peu d’eau)

La recette (hyper) simple du Buddha Bowl que j’ai récemment réalisé:

J’ai déposé :

  • de jeunes pousses au fond de mon plat ;
  • puis, sur tout le pourtour du plat, des légumes crus (poivrons jaunes et tomates) ;
  • ensuite, dans un coin du quinoa (très riche en protéines) que j’ai épicé de curry, cumin, sel et poivre. Je trouve que c’est d’ailleurs un mélange d’épices assez simples mais drôlement efficaces car elles permettent d’immédiatement relever le goût d’aliments assez fades comme le quinoa justement ;
  • au centre du plat, de la mozzarella que je placerais aussi dans les aliments riches en protéines ;
  • de l’avocat qui représente mon bon gras ;

Puis j’ai assaisonné le tout, sauf mon quinoa qui est déjà épicé, d’une sauce vinaigrette homemade à la moutarde.

Régalez-vous et n’hésitez pas à partager vos photos de Buddha bowls !

J’ai testé la teinture naturelle au curcuma


On a tou(te)s un tee-shirt blanc dont la couleur s’avère être irrécupérable qui, même en le traitant avec toutes nos astuces, n’est plus d’un blanc « immaculé ». Du coup, dans ma démarche qui se veut d’avantage eco-friendly, j’ai voulu tenter le recyclage vestimentaire en donnant un second souffle à un de mes tops (plus trop) blanc.

J’ai donc décidé de tester la teinture naturelle avec du curcuma…

Le curcuma est une épice naturelle de couleur jaune qui, en plus d’avoir une multitude de vertus et de bienfaits, permet de teindre naturellement les vêtements et ce de manière très simple. Comme vous avez pu vous en douter, cette épice teindra le textile en jaune.

Le matériel nécessaire à cette expérience :

  • un tee shirt en coton de couleur blanche ou très claire ;
  • curcuma (du bio aurait été mieux mais je n’en avais pas en ma possession) ;
  • vinaigre blanc ;
  • une balance alimentaire ;
  • une marmite ;
  • une bassine.

Préparation:

Pour définir la dose de curcuma nécessaire à la préparation, il faut commencer par peser le vêtement. Le mien pèse 93 g. La règle est d’utiliser 20 g de curcuma pour 100 g de linge.

Donc, dans une marmite, j’ai versé 4 L d’eau et y ai ajouté 20 g de curcuma. Le poids du curcuma est approximatif car j’avais un peu la flemme de procéder à une règle de trois pour définir sa quantité précise. Et je me suis dite qu’au pire, le jaune obtenu serait foncé et ça n’était pas dérangeant pour moi.

J’ai ensuite bien mélangé le tout avant d’y incorporer mon vêtement. J’ai laissé frémir à feu doux pendant une heure, tout en remuant de temps en temps.

Ensuite j’ai éteint le feu et ai laissé refroidir toute la nuit. La durée minimale étant 8 heures. On observe bien que le linge est déjà coloré mais ça n’est pas tout à fait fini…

Après ça, j’ai mélangé dans une bassine d’eau froide, 20 cL de vinaigre blanc. Puis j’y ai trempé le linge quelques instants. Cette étape est indispensable puisqu’elle permet de fixer la couleur au vêtement.

Tada!!! Voici le résultat !

Attention !

  • J’ai préféré utiliser des ustensiles en silicone plutôt qu’une spatule en bois de peur de la voir colorée.
  • La profondeur du jaune peut être modulée selon les préférences mais il n’y a pas de règle concernant le temps de pause.
  • La couleur n’est pas forcément uniforme sur l’ensemble de la pièce.

Mon avis :

La recette est hyper simple à exécuter (vraiment très simple)

Je trouve que c’est du recyclage malin puisqu’on offre concrètement une seconde vie à nos affaires (dans le cas où il s’agissait d’une perte d’éclat persistante).

Dernier point (et le plus fun), c’est que le jaune c’est tendance donc on peut y aller sans trop se poser de questions ;D

 

 

Bâton de pluie fabriqué en 5 min chrono

Vous avez 5 minutes à tuer avant un repas ? Et votre aînée s’ennuie et vous tourne autour en réclamant (non pas par la parole nooon ça serait bien trop simple) par le biais de tonnes de bêtises en tout genre qu’elle désire faire quelque chose !

Allez hop, pendant que Monsieur met la table (oui oui ^^), on se lance sur une activité. Il me restait un rouleau d’essuie-tout terminé et au lieu de le jeter, j’ai décidé d’en faire un jouet pour mon fils (oui il m’arrive de penser à son développement à lui aussi ;D).

Voici le matériel nécessaire :

  • 1 rouleau d’essuie-tout terminé;
  • 1 entonnoir;
  • du scotch ;
  • 1 sac à congélation ;
  • des pâtes alimentaires type coquillettes (et non une main !)
  • une paire de ciseaux ;
  • une feuille et des crayons ou de l’emballage pour cadeaux.

 

Marche à suivre:

  • Grâce à un morceau de sac à congélation et du scotch, j’ai fermé une des extrémités du rouleau;
  • J’ai ensuite rempli mon tube de pâtes alimentaires à l’aide de l’entonnoir;
  • J’ai fermé l’autre extrémité du tube, grâce au même procédé ;
  • J’ai renforcé les extrémités du tube en ajoutant du scotch (presque à outrance… connaissant mon fils…) ;
  • J’ai scotché la feuille le long du tube puis j’ai découpé la largeur nécessaire à recouvrir l’ensemble du rouleau ;
  • Ma fille et moi avons dessiné sur cette feuille qui fait office de déco pour le bâton de pluie ;

  • J’ai ensuite collé puis scotché l’autre extrémité du dessin au rouleau.
  • Et voilà!!!

 

Le point négatif:

Connaissant mon fils, je ne sais pas si le bâton de pluie tiendra plus d’une semaine…

Points positifs et non négligeables:

  • Les mimines de ma fille étaient prises en otages occupées durant ce délai;
  • Elle a contribué à créer un jouet pour autrui donc il y a une valeur d’altruisme qui peut ici être apprise/acquise;
  • Et (le plus important !), Monsieur a mis la table

Bowlcake à la pomme et au speculoos

Voici une autre recette de petit-déjeuner que j’adore me faire quand j’ai un peu plus de temps, soit le week end ou en vacances. Il s’agit d’un bowlcake à la pomme et au speculoos. J’adore ça car c’est healthy, rapide, facile, copieux et bon bien sûr !

Ingrédients:

  • 1 oeuf (ou 1 blanc d’oeuf si la veille vous avez préparez des pâtes à la carbonara par exemple ;D)
  • 1/4 de sachet de levure chimique
  • 4 cas de lait de votre choix (bon je ne peux pas m’en empêcher: de préférence, du lait végétal)
  • 40 g de son d’avoine (ou de flocon, selon les préférences)
  • 1 pomme
  • 2 spéculoos
  • un peu de cannelle si vous aimez ça.

Pour une recette sans oeuf, les ingrédients sont les suivants : 40 g de son (ou flocon) d’avoine, 1 cas de farine de votre choix, 2 cas de lait de votre choix, 1/4 de sachet de levure chimique et 2 cas de fromage blanc.

 

Préparation:

Rien de plus simple! Vous coupez ou mixez la pomme. Pour ma part, pour avoir moins de vaisselle à faire pour que ça soit vraiment rapide, je l’ai grossièrement coupée.

J’ai émietté le spéculoos et j’en ai gardé un petit peu pour la présentation finale.

Dans un bol, j’ai battu mon oeuf, puis j’y ai incorporé le reste des ingrédients.

Enfin, j’ai passé toute la préparation dans le bol, au micro-ondes pendant 3 min environ.

Ca ressort comme ça :

Ya plus qu’à démouler et c’est prêt!

 

Manger healthy et végétarien n’est pas forcément synonyme de goûts insipides ou de longues préparations pour un résultat moyen. Avec une pointe d’inspiration et quelques épices, on peut vraiment s’amuser et surtout se régaler! La base de cette recette est fixe mais le reste est déclinable à l’infini. Je vous ai proposé celle-ci car ce jour-là je n’avais que des pommes. Mais vous pouvez agrémenter votre bowlcake de bananes, chocolat, d’oléagineux, de baies ou autres.

Bon ap’!

Oil cleansing method

Vous connaissez la Oil Cleansing Method ? Car moi, j’en suis devenue fan à l’extrême ! Et je pèse mes mots. Tout d’abord, commençons par définir cette method car le terme peut sembler un peu « barbare ». Il s’agit d’une méthode de nettoyage de la peau en utilisant non pas du savon mais de l’huile (oui oui je vous assure!).

Ayant une peau mixte à grasse, je vous avouerai qu’avant de tester cette méthode j’ai été très sceptique. C’est que je ne me voyais pas « mettre de l’huile sur de l’huile »! Certes, même si le teint glowy est toujours tendance, pour ma part je ne désirais pas l’être de TROP …

Quel est le principe?

Le principe est simple. Il faut imbiber d’eau chaude (inutile de faire bouillir de l’eau, celle du robinet suffit) des serviettes que l’on appose  sur le visage durant une vingtaine de secondes. Pour ma part, j’ai réquisitionné le stock de langes de mon fils qui me restait. Je les avais d’ailleurs achetés chez IKEA à un prix très abordable (KRAMA – 10 petites serviettes pour 5.50€). Elles ont la texture de serviettes en format réduit. Elles ressemblent à ceci:

Une fois le temps écoulé, on applique l’huile sur notre visage en exerçant des mouvements circulaires pendant 1 à 2 min.

Par contre, il y a des huiles différentes en fonction de chaque type de peau. Pour ma part, j’utilise de l’huile de noisette qui permet de rééquilibrer la sécrétion excessive de sébum tout en nourrissant la peau. Pour les peaux sèches, il convient d’utiliser l’huile d’olives ; pour les peaux à tendance acnéique, l’huile de jojoba ; et en cas de doutes, utiliser l’huile d’amande douce qui convient à tous les types de peaux.

Le massage terminé, je retire délicatement l’excédent d’huile avec le lange humidifié.

Après, je n’ai pas besoin d’ajouter de crème hydratante.

Pourquoi j’ai testé cette méthode?

Vu mon type de peau, et ça c’est assez désagréable, le maquillage ne tient pas très longtemps. J’ai beau me tartiner mettre une base matifiante puis ma bb crème puis de ma poudre HD (pfff ça en fait des couches) PUIS un spray fixant, rien absolument rien n’y fait. Mon maquillage finit par bouger et « glisser » avec des pores hyper dilatés et un visage ressemblant à une boule à facettes. Ce qui n’est pas très esthétique.

Plus je mettais de produits plus ma peau se rebiffait. J’ai cherché tout type de solutions sans succès enfin ça n’est pas tout à fait vrai. Il y a apparemment un produit très efficace américain en la matière, le lait de magnésie. Mais il s’agit d’un produit (tout d’abord…) laxatif qui s’avère être très néfaste pour la peau car il déséquilibrerait le pH de l’épiderme. Donc j’ai vite abandonné l’idée.

Enfin, j’avais beau exfolier et pratiquer des gommages sur ma peau une fois par semaine, rien n’y faisait. J’ai fini par baisser les bras et ai arrêté de me maquiller le teint au quotidien. Malgré tout, ma peau finit toujours par briller. J’ai donc décidé de soigner ma peau grâce à cette méthode. Puisque si ma peau sécrète autant de sébum c’est qu’elle est en partie mal nourrie. Bon je vous avouerai que je n’étais plus à une astuce près non plus. Il s’avère que cette méthode convient à tout type de peaux donc bonne nouvelle !

Mon avis

Immédiatement ma peau est devenue plus douce et plus souple. Au fil du temps, même mon mari qui n’y connaît (bien évidemment) rien du tout, m’a fait observer que ma peau était plus lumineuse ! Enfin, au bout de quelques jours, mes pores se sont resserrés et mes petites imperfections se sont estompées.

En principe, on peut utiliser cette méthode matin et soir mais, pour ma part, je ne me contente que du soir car j’ai peur que cette méthode ne permette pas au peu de maquillage que j’applique au quotidien de tenir. Je vous ferai prochainement un article sur ma routine visage.

Où se procurer les huiles?

On peut toutes les acheter sur le site aroma zone, chez Naturalia, certaines en pharmacie ou en supermarchés (pour l’huile d’olive ;D).

 

Une routine clairement adoptée! Testez-la et n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez.

 

 

 

 

 

 

 

Recette facile d’un granola homemade

Pour changer de mes porridges quotidiens (son d’avoine, graines de chia et autres) qui sont bons mais qui peuvent avoir tendance à lasser, j’ai voulu tenter de faire du granola…. homemade bien sûr!

La recette est ultra facile ! Certes ! Sur le papier …. Et j’aurais pu vous dire que vous pouvez vous y risquer sans problème mais ça aurait été un mensonge puisque ma première tentative a été un véritable fiasco…

Pour vous éviter cette déconvenue, j’ai donc détaillé la préparation du granola homemade lors de ma tentative suivante.

Ingrédients :

  • 150 g de flocons d’avoine;
  • 80 g oléagineux de votre choix (amandes, noix, noisettes);
  • Sirop d’agave;
  • 2 cas d’huile (de coco ou tournesol par exemple qui ne doit pas altérer le goût du granola)
  • 50 g morceaux de chocolat noir

Préparation :

Dans un saladier, j’ai mélangé les oléagineux aux flocons d’avoine. Puis j’y ai ajouté l’huile et ai imbibé de façon homogène le mélange de sirop d’agave.

J’ai ensuite étalé la préparation en une couche régulière et plane sur une plaque de four de cuisson. Et j’ai enfourné pendant 20-25 min à une température de 180°C.

Enfin, après cuisson et refroidissement du granola, j’y ai incorporé les morceaux de chocolat.

Le granola se garde 1 à 2 semaines dans des bocaux hermétiques. Mais, croyez-moi, vous l’aurez fini bien avant…

Pour un petit-déjeuner complet et équilibré, je l’associe avec du lait végétal type lait d’amande riche en calcium et un fruit frais et entier très copieux comme une banane.

Mon avis :

Le côté sucré et gourmand du chocolat que je n’intégrais habituellement pas le matin dans mes porridges n’est pas pour me déplaire. Du coup, ça me donne envie d’en mettre dans mes autres préparations.

Je trouve aussi que cette recette est sympa pour varier les plaisirs au quotidien mais je n’en abuse pas car je préfère privilégier le son d’avoine aux flocons. Le son a des propriétés plus intéressantes au niveau intestinal (qu’il facilite). En plus, comme je ne mange aucune viande la semaine, je me dois de faire attention à mes apports journaliers protéiques. Le son est plus concentré en protéines que le flocon d’avoine.

A vos fourneaux !

Le sucre, cette douce drogue

Vous ne pouvez pas finir vos repas sans « une petite note sucrée »? Après une journée stressante, vous aimez bien vous offrir une petite douceur? Alors cet article s’adresse à nous vous…

 

Pourquoi on en consomme autant?

La sérotonine est l’hormone du bien-être qui est, notamment, sécrétée par la consommation de sucre. On pourrait supposer à juste titre que le sucre est donc bon pour notre corps. Que nenni! Car il s’agit de distinguer le sucre qui est raffiné de celui qui ne l’est pas. Le non raffiné est donc à privilégier puisqu’il garde toutes les (bonnes ?) propriétés du sucre. Enfin, ce goût sucré agit aussi sur notre mental qui nous rappelle notre enfance et ça a le pouvoir de nous rassurer.

 

C’est un danger!

Aujourd’hui, le sucre raffiné est la première cause de nombreuses maladies : diabète, cholestérol, obésité, défenses immunitaires en berne, cancers… Rien de bon qui vaille…

 

Le sucre appelle le sucre

Notre corps n’est pas conçu pour consommer du sucre raffiné. Et lorsqu’on le fait, notre glycémie s’affole et augmente. A ce moment-là, nous sécrétons de l’insuline (hormone abaissant le taux de sucre présent dans notre sang). Donc, plus on ingère de sucre, plus notre corps sécrète d’insuline. Ce qui entraînera une hypoglycémie réactionnelle. Ça signifie qu’après avoir mangé trop de sucre raffiné, on aura un coup de pompe (je comprends mieux mon envie de dormir après une tartelette au citron meringué) suivi d’une envie compulsive de manger sucré à nouveau.

 

Quelques pistes pour sortir de cette addiction (parce que oui c’est réellement une drogue!)

Il faut diminuer progressivement notre consommation de sucre raffiné (céréales raffinées, sodas, gâteaux, bonbons, …) et privilégier les glucides complexes riches en fibres (céréales complètes, légumineuses, fruits, …) ayant un indice glycémique bas ; éviter les édulcorants (aspartame notamment) et les produits allégés en sucre car même s’ils sont peu caloriques, ils envoient les mêmes signaux que le sucre à l’organisme et favorisent le stockage ainsi qu’entretiennent l’addiction au goût sucré ; ne pas finir nos repas par une note sucrée ; ne plus acheter de sucreries (bien sûr! ).

Pour ma part, au quotidien, je ne consomme plus du tout d’édulcorants sous aucune forme, je limite les desserts, les gâteaux et bonbons (bon, en gros, je n’en prends plus du tout… sauf exception ;)), je ne bois plus du tout de soda (qu’il soit sucré, light ou zero); et je mange désormais bien plus de céréales non raffinées. Je vous avouerai que les céréales semi-complètes ou complètes ne rencontrent pas de franc succès auprès des autres membres de ma tribu…

 

Si malgré tout la compulsion est trop forte…

J’essaye de privilégier les oléagineux (amandes, noix, noisettes, noix de cajou, noix du Brésil, …), un carré (ou deux) de chocolat NOIR et une tasse de thé. Si malgré tout, la compulsion persiste alors je prends un fruit. Le sucre du fruit est meilleur et différent du raffiné. Notre cerveau sait distinguer les deux.

 

Ce qui m’inquiète un peu pour l’avenir

Régulièrement, et ce pour faire plaisir à mes enfants, je leur propose des gâteaux ou du chocolat au lait par exemple car j’associe cela à un moment de plaisir, de réconfort pour eux. Sauf qu’hélas, c’est ce même message d’addiction que je transmets à mes enfants. Il ne tient qu’à moi de changer mon comportement pour inculquer les bons réflexes à mes petits anges.